Publié par Laisser un commentaire

Votre boite à couture

Il est souvent dit que la couture nécessite du talent et prend énormément de temps.
En réalité, tout est question de techniques et de matériels. Pour réussir vos travaux de couture, il est indispensable d’utiliser les bons outils et les équipements adaptés à votre projet. Bien sûr, vous aurez besoin d’une bonne machine à coudre et du tissu, mais dans cet article, nous nous pencherons plutôt sur les «petits outils» qui feront de vous un pro de la coupe et couture.

Les outils de mesure 

Avant de couper votre tissu, il faut déjà disposer des mesures correctes pour éviter d’avoir un vêtement grossier, trop large ou trop étroit. C’est pour cette raison que nous entamerons cet article avec les outils de mesure.

Le mètre ruban

Que pour prendre vos mensurations ou vérifier la longueur du tissu à couper, vous ne pouvez pas vous passer du mètre à ruban. Pour bien le choisir, il faut tout simplement s’assurer que celui-ci est souple et bien résistant, et doit mesurer 150 centimètres au minimum. La plupart des mètres rubans indiquent les mesures en centimètre sur un côté et en pouce sur l’autre. Certains modèles sont équipés d’enrouleur automatique et peuvent mesurer jusqu’à 300 centimètres.

Les règles et équerres

Il existe des règles et équerres de différentes tailles, mais aussi de matières différentes. Généralement elles sont en métal, en bois ou en plastique. Nous vous présenterons les 3 modèles les plus utilisés dans cet article.

  • Une règle métallique de 50cm : souvent de forme carré à la base, elle est indispensable pour mesurer et tracer votre tissu ou le papier patron
  • Une règle PVC transparent de 20cm : de forme plate, elle est idéale pour prendre des mesures de précision grâce à la transparence
  • Une équerre isocèle métallique:  permet de trouver facilement l’angle droit et 45°, très pratiques pour les tracées

Pour plus de détails, vous pouvez lire l’article sur les techniques de prise de mesure ici.

Les outils de coupe

Après avoir effectué vos mesures, il est temps de passer à la coupe. Pour cela, découvrons ensemble le matériel de base nécessaire.

Les ciseaux du tailleur

Il s’agit du grand ciseau métallique avec une lame de 20cm. Il sert principalement à couper le tissu, et rien que les tissus ! Assurez-vous que personnes d’autres ne l’utilise sur d’autres matières. N’hésitez pas à investir sur des ciseaux de qualité pour éviter d’abîmer vos tissus lors de la coupe.

De ce fait, vous devez avoir 3 paires de ciseaux : une pour couper le tissu, une pour couper du papier et une troisième paire, plus petites avec des lames pointues, pour couper les fils. Ce petit ciseau est également appellé ciseaux de broderies.

Le coupe fil

Le coupe fil est un outil indispensable pour couper les fils à la fin de chaque couture. On l’appelle également un découd-vite, car il peut servir à défaire les coutures ratées ce qui s’avère être utile pour les débutant(e)s. Cet outil offre une meilleure ergonomie que le ciseau de broderies.

Le papier à patron

Les patrons de couture qui vous ont été fournis dans les livres et/ou les sites internet spécialisés dans la couture comme Burda sont destinés à être utilisé plusieurs fois. Il vous faudra donc les décalquer et les reporter pour éviter de les abîmer.

Voici les 3 types de papier que vous pouvez utiliser pour décalquer le patron de couture :

  • Le papier de soie : c’est un papier fin et transparent. Bien que fragile, le papier de soie est très pratique pour décalquer rapidement un patron. Il est vendu auprès des merceries en format de plus de 100 centimètre, ce qui est intéressant pour les grands patrons comme les pantalon, jupe ou manteau.
  • Le papier carbone : il s’utilise pour transposer le patron de couture directement sur le tissu, le papier carbone se place sous le tissu et les points sont tracés grâce à la roulette. Il existe en différentes couleurs, mais choisissez la couleur qui présente un meilleur contraste par rapport à votre tissu.
  • Le papier kraft :  il est plus épais et plus résistant que le papier de soie, et peut donc s’utiliser plusieurs fois. Comme le papier kraft n’est pas transparent, vous devez reproduire le patron de couture en utilisant la roulette.

Une fois le patron reproduit, vous devez les découper et épingler sur votre tissu.

La roulette à patron

Vous l’aurez compris, la roulette est indispensable si vous reproduisez un patron de couture avec un papier carbone ou du papier kraft.

Le matériel de marquage de tissu

Une fois le patron reproduit et placé sur votre tissu, il est temps de procéder marquage du tissu. Les marquages peuvent être des marques de coupe, des marges de couture, des notes mais aussi des lignes de patron comme les placements de boutons ou placement de poches ou pinces.

Nous vous conseillons d’utiliser des marquages qui peuvent s’enlever facilement et qui ne laissent aucune trace après le lavage.

Il s’agit de

  • La craie du tailleur : elle est très pratique car les marques s’enlèvent facilement. Il vous suffit de choisir les couleurs qui offrent un meilleur contraste avec votre tissu pour que vos tracés soient bien visible.
  • Les feutres lavables : ils s’utilisent comme la craie, mais toujours essayer sur un bout de tissu pour éviter les mauvaises surprises

Les épingles

Les épingles servent à maintenir les tissus ensemble pour la couture et fixer le patron sur le tissu avant la coupe. Elles sont de formes et dimensions différentes et s’achètent généralement en boites auprès des merceries ou boutiques spécialisées.

Notons juste les quatre principaux types d’épingles :

  • Les épingles standards : ce sont les épingles de tous les jours. En général, elles sont de tailles standard, mais si vous avez le choix, optez pour les épingles fines qui n’abimeront pas vos tissus ;
  • Les épingles à têtes de verre : elles sont généralement plus longues et équipées de têtes en verre un peu plus grande que celle des épingles standards, ce qui facilite sa manipulation. Ce type d’épingle ne se déforme pas au repassage ;  
  • Les épingles à têtes fleur : comme les épingles à tête de verre, elles sont plus longues mais plates. Ce type d’épingle ne se déforme pas non plus au repassage ;
  • Les épingles à nourrice : à utiliser de différentes façons, pour faire passer les élastiques par exemple ;

N’hésitez pas à utiliser un porte aiguille (ou pique épingle) où vous planterez les épingles et qui permettra de les attraper facilement.

Les aiguilles

Indispensables à la couture, il en existe de différentes tailles et grosseurs. Nous vous suggérons de choisir les aiguilles adaptée au type de tissus ou de matières que vous travaillez. Cela évitera d’abimer vos tissus mais aussi pour éviter d’user trop rapidement votre aiguille.

Notez que l’aiguille pour la couture à la main est différente de celle utilisée sur la machine à coudre.

Pour débuter, optez plutôt pour l’aiguille dite universelle :  elle s’adapte à presque toutes les matières grâce à sa pointe un peu arrondie.

A titre d’information, les aiguilles sont numérotés de 60 à 110. Les numéros corespondent au diamètre de l’aiguille au centième de millimètre, dont ci-après les modèles les plus courants ainsi que leur utilisation :

  • 60 : organza de soie, tulle, organdi de coton
  • 70 : soie, voile de coton
  • 80 : aiguille courante qui convient à la plupart des tissus
  • 90 : lainage fin, polaire, matelassé
  • 100 : jean, lainage épais

En espérant vous avoir aidé sur la liste de matériels et équipements nécessaires pour débuter en couture, n’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaires. A vos machines !

Publié par Laisser un commentaire

La surjeteuse est-elle une machine indispensable pour la couture ?

Utilisation d'une surjeteuse

La couture requiert un bon nombre d’instruments et de machines. La surjeteuse est une machine qui permet d’effectuer de belles finitions et des ourlets des plus compliqués. Explications.

La surjeteuse : à quoi sert-elle ?

En pratiquant la couture, vous aurez besoin de plusieurs matériels et instruments. Parmi ces matériels, la machine à coudre est la plus importante. Mais il y a aussi la surjeteuse. Si certains couturiers s’en passent, la surjeteuse est une machine qui est incontournable pour d’autres. Alors, pourquoi devriez-vous en procurer ?

Quels sont les rôles d’une surjeteuse ?

La surjeteuse a pour rôle de surjeter. Vous vous demandez sûrement pourquoi acheter une surjeteuse alors que plusieurs machines ont une fonction de surjet ? C’est vrai ! Mais la surjeteuse est bien plus pratique que la machine à coudre dans certaines tâches.

Une machine 3 en 1

La surjeteuse vous permet en un seul passage de couper, piquer, de surfiler votre tissu avec précision. Vous l’aurez remarqué : certaines matières de tissus sont plus difficiles à travailler que d’autres, notamment pour les tissus élastiques. Par exemple, pour le jersey, la maille, le molleton, avec une surjeteuse, vous aurez moins de difficulté. Ce sera donc un gain de temps garanti tout en obtenant une bonne qualité de travail.

Une finition impeccable

Pour un rendu de qualité, la surjeteuse est une machine de couture incontournable. Elle permet de faire de belles finitions sur votre travail. 

Pour vos tissus fins, les bords et les finitions sont parfois de vrais casse-tête. Mais avec la surjeteuse, vous vous en sortirez plus facilement. Vous pouvez en effet, effectuer des ourlets roulottés avec cette machine.

L’assemblage des matières extensibles

Non seulement, vous pouvez surjeter les tissus qui s’effilochent, vous pouvez aussi assembler les matières extensibles. Avec une machine à coudre, c’est une tâche assez pénible. Vous pouvez donc profiter de votre tissu sans avoir à vous soucier de cette difficulté.

De quoi est constituée une surjeteuse ?

La surjeteuse est une machine composée de plusieurs éléments :

Deux aiguilles

Une première aiguille vous permet d’effectuer une tâche (piquer par exemple). En utilisant les deux aiguilles, vous pouvez effectuer différentes tâches à la fois : l’assemblage et le surfilage. Pour cela, vous utiliserez entre 2 à 5 bobines simultanément selon vos besoins et le type de points de couture à réaliser.

Les aiguilles seront choisies en fonction de votre tissu.

Une pointe

  • Normale pour les tissus naturels ou synthétiques. Elle convient également aux robes, costumes, chemises, draps…
  • Arrondie est idéale pour le jersey ou le lycra
  • Très fine est à privilégier pour les tissus fins ou très fins comme la soie ou encore la microfibre.
  • Boule pour les rideaux ou les tricots
  • Fine chromée pour les tissus en jean, velours côtelés, combinaisons de travail, plastique ou encore toile cirée.
  • Fine pour le Patchwork.

Deux couteaux

Les couteaux servent à découper les bords de tissu pour permettre un surfilage net. Le couteau supérieur est mobile et le couteau inférieur immobile. Différentes épaisseurs de couteaux sont disponibles en fonction de l’utilité, pour:

  • les ourlets, le couteau 30mm est idéal
  • les coutures classiques, il y a les couteaux de 15mm
  • les travaux nécessitant une minutie comme les fermetures, la ceinture…, le couteau 7mm est à privilégier.

Deux boucleurs

Ce sont les boucleurs qui vous permettent d’effectuer des boucles de surjet. Cette fonctionnalité rendra votre finition plus solide tout en gardant un bon côté esthétique.

Actuellement, les nouvelles surjeteuses sont équipées d’un boucleur à enfilage automatique. Comme on utilise de nombreux fils et que l’enfilage est délicat, l’enfilage automatique est un critère important dans le choix d’une surjeteuse.

Un dispositif d’entrainement différentiel

Caractérisé par 2 griffes d’entrainement. Ces griffes permettent de tirer ou de froncer le tissu.

La porte-bobines

Pour installer les bobinages. L’importante différence avec la machine à coudre est l’utilisation de plusieurs bobines. La surjeteuse utilise en effet, une quantité importante de fils.

Le volant de la surjeteuse

Comme la machine à coudre, le volant permet de diriger l’utilisation des aiguilles en les relevant ou en les baissant.

Quels sont les différents points de couture réalisés par la surjeteuse ?

La surjeteuse permet d’effectuer plusieurs types de points de couture :

  • Le point surjet 4 fils : utilisant 4 bobines, ce point de couture est nécessaire pour coudre et surfiler les bords des tissus
  • Le point de surjet 2 ou 3 fils : pour les tissus fins, ce point de couture permet de surfiler uniquement les bords
  • L’ourlet roulotté : cet ourlet de finition donne un joli rendu pour les tissus fins. C’est un ourlet qui enroule le bord tout en l’enroulant d’un point bourbon. Son avantage est de réduire la perte de tissu.
  • Le flatlock : pour des coutures décoratives, ce point de couture peut être réalisé avec une surjeteuse. Par exemple, les volants de robe ou les emmanchures
  • L’ourlet professionnel : pour un rendu de grand couturier, c’est un ourlet à 3 fils repliés.

En somme, la surjeteuse est une machine très utile, notamment si vous voulez travailler avec de larges choix de tissus. Son utilisation peut sembler compliquée avec ses éléments qui sont nombreux. Mais si vous êtes déjà habitué à travailler avec votre machine à coudre, il vous faudra juste vous accoutumer.

Publié par Laisser un commentaire

Les outils de base pour apprendre la couture

La couture vous attire, mais vous êtes un vrai novice en la matière ? Cet article est fait pour vous, car nous allons vous aiguiller sur les nécessaires pour débuter. Vous n’avez pas besoin d’acheter tous les produits d’une mercerie. Pour vos premiers coups de ciseaux, optez pour un début sans prise de tête en vous armant des outils les plus fonctionnels. 

Voici nos conseils pour étoffer votre kit de couture et choisir au mieux vos matériels de travail. 

La machine à coudre

La machine à coudre sera la pièce maîtresse de vos outils en tant que couturière et couturier. Vous allez vous rendre compte assez vite qu’il existe une grande multitude de machines à coudre sur le marché. Nous vous conseillons alors d’opter pour un modèle capable de coudre le plus de types de tissus possible voire les plus épais. Veillez également à choisir une machine à coudre multifonction et facile d’utilisation. Celle-ci doit proposer les points de couture basiques (point droit, ourlets, zigzag, boutonnière…). Équipez-la de quelques canettes afin d’avoir des couleurs diverses de bobine de fil.

Pour bien choisir votre machine à coudre, suivez nos conseils dans cet article.

Les outils pour mesurer

Mise à part la machine à coudre, vous aurez autant besoin de matériels de mesure.

Les merceries proposent plusieurs types d’outils de mesures aux fonctions distinctes. En premier lieu, vous avez le mètre ruban servant à prendre les mesures et à réaliser les courbes des patrons. Il y a aussi le couturomètre ou jauge de couture. Ce dernier sert à vérifier les marges de coutures et à marquer les mesures répétées tels que les distances entre les plis et les boutons. Vous avez aussi la règle japonaise. C’est une grande règle transparente servant  à tracer les lignes de coupe, à retoucher un patron ou à marquer un ourlet. Pour mesurer les petites pièces, vous avez la réglette. C’est une petite règle en fer d’environ 20 cm qui facilite les mesures à plat sur votre table de découpe. 

Les outils pour marquer

Au même titre que les outils de mesure, les outils de marquage sont eux aussi indispensables. Pour marquer vos repères sur les tissus, vous avez le choix entre les craies de tailleur, les feutres solubles et le crayon. Ces deux marqueurs sont disponibles en différents coloris et s’effacent facilement avec un peu d’eau.

Généralement, vous aurez besoin d’un marqueur sombre pour les tissus aux couleurs vives et d’un marqueur clair pour les tissus aux couleurs foncées. N’hésitez pas à tester la compatibilité du marqueur et du tissu avant de l’utiliser. 

Les outils de marquage servent également à noter nos repères sur les patrons de couture.

Les outils pour couper

Il est primordial d’investir dans de bons ciseaux de couture pour éviter les effilochages et les mauvaises découpes. Voici les différents types de ciseaux qui existent : ciseau de coupe, ciseau à broder, ciseau cranteur. Sachez qu’il est pratique d’avoir des ciseaux de différentes tailles, au moins deux : une paire pour couper un grand pan de tissu, et une plus petite pour les tâches qui nécessitent de la finesse. Il faut aussi posséder une paire de ciseaux pour couper du papier. À vous de trouver les paires qui vous sied, mais vous pouvez optez aussi pour un cutter rotatif dont la lame ronde coupe aisément. Le coupe-fil est un autre matériel de coupe qui, comme son nom l’indique, s’utilise pour couper les fils. Ce petit instrument est très pratique et n’endommage pas le tissu. 

Les autres outils 

En dehors des matériels énoncés précédemment, d’autres articles sont d’autant plus utiles pour les débutants. En première ligne nous retrouvons le papier calque et la roulette qui servent pour des travaux sur patron. Vient ensuite le découd-vite. Cet outil est le must-have car il permet de découdre en un rien de temps les coutures ratées tout en évitant de déchirer le tissu. 

À part cela, vous pouvez aussi garnir votre trousseau de couture avec des épingles (à nourrice, de dentelles, à tête de verre ou à tête de fleur).  Rangez-les dans une boite à épingles aimantée. Achetez quelques aiguilles traditionnelles, une pince à courbes (pour retirer les fils rebelles), un dé à coudre (pour épargner vos doigts). 

Le dernier outil et non le moindre est le fer à repasser. Le repassage marque la dernière étape de la couture. Elle permet de chasser les faux plis tout en fixant les points de couture.

Utilisez-vous d’autres outils? n’hésitez pas à partager avec nous vos expériences et vos astuces en couture en nous laissant un commentaire ci-dessous.

Publié par Laisser un commentaire

Quelle machine à coudre choisir?

Choisir votre machine a coudre

La machine à coudre étant l’outil essentiel de la couture, son choix mérite une attention particulière, d’autant plus qu’il existe une multitude de modèles proposés à des prix différents sur le marché. Alors laquelle choisir? Dans cet article, nous vous aidons à choisir la machine adaptée à vos besoins en présentant les fonctionnalités principales qui font la différence entre les modèles.

Pour choisir la machine à coudre adéquate, nous vous invitons à définir au préalable l’usage dont vous allez en faire.

Penchez-vous sur les questions portant sur:

  • votre besoin réelle: est-ce pour retoucher ou raccommoder vos vêtements préférés ou la création d’une nouvelle garde robe?
  • votre niveau de couture: débutante, intermédiaire ou expérimenté? Il y a des fonctionnalités plus adaptées selon votre niveau
  • le temps que vous consacrerez à la couture: est-ce pour une utilisation occasionnelle du dimanche ou pour une utilisation extensive?
  • le budget que vous êtes prêt à investir dans l’acquisition de la machine à coudre

Les modèles de machine à coudre offrent différentes fonctionnalités qui, selon votre utilisation, seront essentielles ou superflues. Mais arrivé en magasin, la première question qui vous sera posée sera « mécanique ou électronique? » Avant d’y répondre, faisons le tour des fonctionnalités essentielles d’une machine à coudre.

A la fin de cet article, nous proposerons un comparatif des modèles de base qui sont adaptés à ceux et celles qui veulent s’initier à la couture.

Les points de couture

Pour vous séduire, les marques proposent des machines pouvant réaliser un nombre incroyable de points de couture. Cela peut aller jusqu’à 150 différents point de couture, mais il y a peu de chance que vous les utilisiez tous.

Quelques exemples de points de couture

Pour une utilisation courante, assurez-vous que la machine à coudre de votre choix peut réaliser les 4 points de couture de base qui sont:

  • le point droit: pour assembler et surpiquer
  • le point zig zag: pour surfiler, idéal pour les tissus extensibles
  • le point invisible: pour ourlets invisibles
  • le point boutonnière: eh ben, pour faire les boutonnières

Ces 4 points de base vous permettront de réaliser presque tous les travaux et modèles de couture. Mais attention, les marques peuvent utiliser différents noms et différentes illustrations pour désigner les points de couture, il est conseillé de consulter le mode d’emploi et de vous munir d’une chute de tissu pour faire un test avant l’achat.

Assurez-vous également que la machine à coudre que vous choisirez permette un ajustage manuel de la longueur et de la largeur des points de couture. Cette fonctionnalité permettra l’adaptation de la machine aux différents tissus et matières que vous utiliserez.

Pour plus de précision, nous vous invitons à lire l’article sur les points de couture ici.

Le poids et les dimensions de la machine

Le poids et l’encombrement sont également des critères à considérer dans le choix de la machine à coudre.

Les machines à coudre légères peuvent être déplacées et transportées aisément (en cours de couture par exemple) et le rangement est facile car elles sont généralement moins encombrantes. Les petites machines sont donc recommandées pour une utilisation occasionnelle ou pour les débutantes qui n’ont pas encore besoin de fonctionnalités extensivement avancées qu’offrirait un modèle plus grand.

Les machines à coudre plus lourdes sont par contre plus stables. La stabilité de la machine à coudre est très importante pour la réussite de votre ouvrage car si la machine vibre, les points risquent de sauter et cela se verra au niveau de la qualité visuelle et de la solidité de vos coutures. De plus, bien que ce ne soit pas forcément le cas, une machine plus lourde est souvent bâtie sur une structure métallique, en fonte d’acier ou en aluminium, ce qui leur procure une certaine robustesse par rapport aux machines comportant des éléments de base en plastique.

Le poids moyen d’une machine à coudre standard est de 7,5kg, mais certains modèles peuvent atteindre près de 12kg comme vous verrez dans le comparatif en fin de cet article.

Privilégiez également une machine avec un sac de transport d’origine, qui assurera une protection optimale de la machine lors de vos déplacements.

La puissance et la robustesse

L’achat d’une machine à coudre est un investissement. Pour cela, nous recherchons naturellement le meilleur rapport qualité/prix, et la robustesse compte pour beaucoup sur notre choix car cela assure la durabilité de la machine. Il faut noter qu’une machine à coudre robuste et puissante pique aisément les épaisseurs et les entraine sans encombre, ce qui lui permet de coudre les tissus plus épais comme le jean ou les tissus d’ameublement.

Structure en acier de la machine à coudre Cécile

En termes de puissance, il faut distinguer la puissance électrique du moteur et la puissance électrique nominale de la machine. La puissance nominale de la machine indique une puissance globale incluant les éléments autres que le moteur, comme l’éclairage qui compte près de 15W et moins si éclairage LED.

La puissance dont il est question ici est la puissance du moteur proprement dite qui se situe aux alentours de 70W pour une machine standard. De la puissance du moteur dépendra la rotation par minute (ou tours par minute) du moteur, et le nombre de points par minutes que la machine à coudre peut réaliser. En moyenne, le nombre de points par minute se situe entre 800 et 900. Dans les conditions normales d’utilisation, vous atteindrez rarement les vitesses maximales du moteur, mais mieux vaut avoir une marge de manoeuvre pour assurer la durabilité du moteur et de la machine, car un moteur qui tourne constamment à son régime maximal ne durera pas.

En général, les marques de référence comme PFAFF, Singer ou Brother ont des décennies (voire des siècles) d’expérience dans le domaine de la couture et ont une bonne réputation en termes de performance et de durabilité. Mais avec les progrès techniques, d’autres marques émergent en offrant de meilleur rapport qualité/prix comme Cécile, Bernina ou Janone. Certaines boutiques spécialisées proposent des machines à coudre de grandes marques mais reconditionnées, ce qui s’avèrent être de bonnes affaires, à conditions que le fournisseur accorde une garantie et un service après vente.

Votre budget

Proposées à des prix qui varient entre 100 à 2000 Euro, le budget déterminera votre décision finale sur le choix de machine à coudre. Les spécifications techniques, les fonctionnalités embarquées et la marque détermineront le prix.

Le choix de la marque détermine également les accessoires additionnels qui pourront s’ajouter à votre machine à coudre initiale. Il s’agit notamment:

  • Les pieds de biche (ou pieds presseurs): pour les machines à coudre d’entrée de gamme, les pieds de biche peuvent être vendus à part. Lors de l’achat, assurez-vous de disposer d’un pied pour poser une fermeture à glissière, et d’un pied à boutonnière.
  • Le porte bobine horizontal ou vertical: c’est un dispositif additionnel à la machine à coudre qui permet à la bobine de fil de se dérouler librement, évitant ainsi les noeuds et les problèmes de tension de fils.

Certaines marques assurent également la disponibilité de pièces de rechange en cas de pannes. Il y a aussi des machines à coudre comme Cécile qui est garantie à vie.

Machine à coudre mécanique ou électronique?

Pour en revenir à notre question initiale, les critères précédemment cités seront prise en compte pour trancher entre la machine à coudre mécanique ou électronique. Il est à préciser que le fonctionnement de la machine à coudre reste le même que ce soit mécanique ou électronique, mais c’est le design, et les fonctionnalités qui ont surtout évolué à travers les modèles.

Machine à coudre mécanique ou électronique

La machine à coudre mécanique coûte moins cher tant à l’achat qu’à l’entretien et la réparation. Elle offre les options de base qui permettent de réaliser toutes sortes de couture, mais la prise en main est plus difficile, du fait que vous devez tout paramétrer manuellement. Les machines à coudre mécanique sont néanmoins plus flexible lorsqu’elles sont maîtrisées.

La machine à coudre électronique offre une prise en main plus facile car elle peut effectuer certaines réglages automatiquement, notamment, au niveau des points. Une simple touche sur l’écran LCD et le tour est joué! Ce qui est idéal pour les débutants.

La machine à coudre électronique est aussi plus silencieuse, ce qui est un critère non négligeable, lorsqu’on s’engage à coudre tout au long de la journée ou même tard dans la nuit.

Tableau comparatif des modèles standard pour débuter dans la couture

 Spécifications

Cécile

Bernina 330

Janone 3018DC

Brother 27 innovis

 Type

Electronique

Electronique

Electronique

Electronique

 Poids

7 Kg

11,8 Kg

7,4 Kg

6,2 Kg

 Dimensions (cm)

32 x 17 x 10

49 x 43,4 x 38,2

32 x 17 x 42

30,5 x 19 x 41

 Nombre de points

21

40

16

50

 Puissance

70 W

85 W

60 W

64 W

 Garantie

A vie

5 ans

5 ans

5 ans

Conclusion

Le choix de la machine à coudre repose sur votre besoin. Pour débuter, il est plutôt conseillé d’acquérir une machine à coudre moins onéreuse, mais offrant des fonctionnalités de base qui vous permettront de réaliser vos travaux. Si vous êtes convaincus par votre passion pour la couture, et que votre budget le permet, il est conseillé d’opter pour une machine à coudre électronique.