Publié par Laisser un commentaire

Guide de l’entoilage et du thermocollant

Dans les livres, articles ou cours de couture par vidéo, nous rencontrons souvent les termes Viseline, triplure, thermocollant ou entoilage.

En fait, Viseline, triplure ou thermocollant sont des différents termes pour désigner l’entoilage. Plus précisément, ce sont les types d’entoilage les plus fréquemment utilisés en couture. Vu leur importance dans la réalisation de notre projet couture, nous avons décidé de consacrer cet article sur l’entoilage, leur utilisation et leur mode d’emploi. Suivez notre guide pratique.

Définition

L’entoilage est une toile utilisée pour doubler le tissu sur une partie spécifique de l’ouvrage. Il peut être collé ou assemblé (cousu) au tissu selon le type de l’étoffe qu’on utilise et la nature du projet de couture que nous abordons.

Avant d’entrer dans les détails, il est nécessaire de préciser que le Viseline ou Vlieseline ® est une marque d’entoilage et non un type d’entoilage. C’est une marque Allemande, et elle est tellement connue que c’est devenue la référence de l’entoilage en raison de sa qualité et de sa fiabilité.

Alors, pourquoi utiliser l’entoilage ? L’entoilage est une technique utilisée pour renforcer et consolider le tissu ou pour lui donner une certaine forme. Par exemple, l’entoilage est souvent utilisé au niveau du col et du poignet d’une chemise. Il est aussi recommandé pour donner de l’épaisseur et empêcher un tissu de se détendre, se froisser ou de s’effilocher.

Type et caractéristiques

Pour bien choisir l’entoilage adapté à votre tissu et à votre projet, nous vous présentons ci-après les différents types et catégories d’entoilage. En terme général, on distingue l’entoilage thermocollant et celui non thermocollant.

L’entoilage thermocollant :

Le thermocollant est une toile plus ou moins rigide dont une face est enduite de colle et qui adhère à la surface du tissu sur lequel il est collé sous l’effet de la chaleur, notamment par le fer à repasser. C’est de là qu’est tiré son nom: thermocollant.

Parmi l’entoilage thermocollant, il y a deux catégories à choisir selon le type de tissu à renforcer.

Les thermocollants non tissés (ou intissé) sont semblables à du papier et existent sous différentes épaisseurs. Appliqués sur votre tissu à l’aide d’un fer à repasser, ils procurent un aspect carton plus ou moins rigide selon l’épaisseur choisie. En effet, ce type d’entoilage thermocollant est moins souple et assez fragile lorsqu’il est fin, mais surtout il n’est pas extensible.

D’un autre côté, les thermocollants non tissés sont faciles à utiliser car ils sont dépourvus de droit-fil, ce qui permet de les couper et coller dans n’importe quel sens surtout lorsque vous travaillez sur un tissu standard comme la cotonnade. De plus, ils sont proposés à des prix abordables.

Les thermocollants tissés sont semblables à un tissu fin. Toujours appliqués sur votre tissu à l’aide d’un fer à repasser, ils sont plus souples et plus résistants, et surtout ils sont extensibles. L’entoilage thermocollant tissé permet de garder la légèreté et la fluidité du tissu qui lui est associé.

Il faut cependant respecter le droit-fil pour leur permettre d’adopter l’élasticité de votre tissu. Le thermocollant tissé est idéal pour les tissus du type jersey, viscose ou soie et s’applique sur le col ou le poignet des chemises.

A part ces deux principaux catégories, on peut également citer :

  • Les thermocollants imperméabilisants : comme son nom l’indique, il permet d’imperméabiliser votre tissu, idéal pour votre projet de sac, trousse de toilette ou set de table. 
  • Les thermocollants double face : permet de coller deux tissus l’un sur l’autre grâce à ces deux faces collantes.
  • Les thermocollants ouatines (ou molleton) : qui donne un effet matelassé à vos tissus.

L’entoilage non thermocollant :

Remplissant le même rôle que le thermocollant, l’entoilage non thermocollant est à coudre sur votre tissu et non pas à coller à chaud. Il convient de l’utiliser sur des tissus ou des matières spécifiques qui supportent mal la chaleur comme : le coton enduit, les voiles, la dentelle, le cuir ou certains velours.

Aussi, si votre ouvrage est destiné à passer au lavage à haute température, préférez l’entoilage non-thermocollant. C’est aussi le cas des vêtements blancs, les vêtements de bébé ou les linges de maison.

Dans tous les cas, référez-vous aux instructions du fabricant de l’entoilage.

Maintenant que vous connaissez les principaux types d’entoilage, nous nous intéresserons à présent sur les critères de choix de l’entoilage.

Comment choisir votre entoilage:

En règle général, choisissez un entoilage plus léger et plus fin que votre tissu. Assurez-vous que l’association de l’entoilage à votre tissu rend le tombé souhaité en les tenant ensemble l’un sur l’autre. Pour plus de précision, considérez les critères qui suivent :

Epaisseur et poids :

Pour les usages courants, choisissez l’entoilage standard au poids de 200g/m2. Pour les costumes ou manteaux, préférez ceux qui affichent un poids plus important comme 400 à 600g/m2.

Pour vos achats en magasins, n’hésitez pas à demander conseils auprès du vendeur ; ou si vous achetez en ligne, prenez le temps d’effectuer une recherche d’informations auprès du site web du fabricant. Voici quelques exemples de références pour les entoilages de la marque Viseline ou Vlieseline.

  • H180 : idéal pour les étoffes légères comme la soie, la viscose ou l’acétate.
  • H200 : idéal pour les étoffes légères mais offrant un peu plus de tenue que le H180
  • G405 : idéal pour les tissus comme la laine ou la soie sauvage, il offre un maintien durable pour une tenue parfaite.
  • H609 : à utiliser pour les tissus extensibles comme le jersey.

Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter le site du fabriquant ici.

La couleur de l’entoilage :

Comme l’entoilage sera assemblé à votre tissu, il est important de choisir un entoilage de la même couleur que le tissu, ou du moins choisissez une couleur qui n’est pas en contraste avec votre tissu. Il existe plusieurs couleurs d’entoilage mais les plus courants sont le blanc, le noir et le gris.  

La forme de l’entoilage :

L’entoilage s’achète généralement par mètre (ou par rouleau) avec une largeur fixe qui est de 90 cm à 100 cm selon le fabricant. Mais il existe également l’entoilage proposé sous forme de ruban ou bande étroite qui s’avère être très pratique pour travailler les ceintures par exemple.

Comment utiliser et appliquer l’entoilage:

Comme l’entoilage non thermocollant est assemblé au tissu par la couture, il est simplement recommandé de s’assurer que l’entoilage respecte le droit-fil de votre tissu, surtout si votre tissu est extensible.

Par contre, quelques précautions s’imposent pour l’utilisation d’un entoilage thermocollant. Nous vous invitons à suivre les étapes suivantes pour un entoilage réussi.

Tout d’abord, n’appliquez pas tout de suite l’entoilage thermocollant sur votre tissu, essayer plutôt sur une chute ou un échantillon de votre tissu!

Première étape: la préparation

Il est vrai que le thermocollant n’adhère au tissu qu’à partir d’une certaine température mais il faut aussi éviter d’abîmer le tissu. A défaut d’une indication du fabricant de l’entoilage, ajustez la température de votre fer à repasser à la température de repassage indiquée pour votre tissu, surtout s’il s’agit d’un tissu synthétique.

Puis, repassez soigneusement votre étoffe au préalable, car l’entoilage peut épouser la forme des plis présents sur le tissu et peut même les renforcer ces derniers. Il vous serait alors impossible d’enlever ces plis une fois le thermocollant fixé à votre tissu.

Une fois votre fer à repasser à la bonne température, repassez bien votre étoffe avant de passer à l’assemblage.

Deuxième étape: l’assemblage

Avant tout, placez un tissu en coton sur la table à repasser pour ne pas abîmer ce dernier dans le cas où de la colle dépasserait et viendrait s’y déposer au cours du repassage.

Ensuite, placez la face rugueuse du thermocollant (là où il y a la colle) contre l’envers de votre tissu et appliquez le fer à repasser en tamponnant et non en repassant. Placez le fer à repasser sur une surface pendant 6 à 12 secondes, puis déplacez, et ainsi de suite jusqu’à ce que toute la surface du tissu soit tamponnée. Si besoin, n’hésitez pas revenir sur une surface pour consolider l’assemblage.

Attention à ne pas appliquer la face collante de l’entoilage contre la semelle de votre fer à repasser! Vous savez ce que cela causerait à votre fer à repasser et imaginez le temps que vous prendra de nettoyer une semelle de fer à repasser encrassée avec de la colle.

Astuce : il est plus facile de découper des morceaux de tissu déjà entoilés, nous vous conseillons donc de thermocoller le tout avant de découper les morceaux de tissu selon les lignes de coupes prévues par votre patron de couture.

Troisième étape: laissez refroidir

Tant que le thermocollant n’est pas entièrement refroidi, il risque de décoller à tout moment. Une fois le repassage terminé, laisser la pièce assemblée refroidir pendant 20-30 minutes sur une surface bien plane.

En espérant que cet article vous a éclairé sur l’utilisation de l’entoilage, n’hésitez pas à poser vos questions ou à partager vos expériences en nous laissant des commentaires ci-dessous.

Publié par Laisser un commentaire

Comment réaliser de belles finitions avec une piqueuse ?

Avec une surjeteuse, vous pouvez assembler deux tissus et effectuer les finitions requises en une seule opération. Toutefois, cette machine sert uniquement à travailler les bords des étoffes. Elle ne permet pas de réaliser les points de couture simples. Par contre, vous pouvez réaliser de belles finitions avec une machine à coudre (piqueuse). Voici comment faire.

Effectuer un surfilage

C’est une astuce simple et rapide. Pour ce faire, positionnez votre machine à coudre sur un point de zigzag avec une longueur de point plus petite. Placez ensuite l’aiguille à quelques millimètres du bord de tissus. Une fois la couture terminée, coupez l’excédent de tissus à ras bord du surfilage.

Le surfilage offre un rendu esthétique très proche du surjet. Vous pouvez même imiter le roulotté en resserrant les points. C’est une couture solide qui permet d’assembler les bords et d’éviter qu’ils s’effilochent.

Adopter la couture anglaise

Cette technique permet de dissimuler les bords coupés de tissus. L’objectif étant d’obtenir une couture sans effilochage et agréable à voir. Pour le réaliser, mettez les deux pièces d’étoffe à assembler, envers contre envers. Puis cousez-les à 5 mm du bord de la machine (à 1 cm si le tissu s’effile facilement). Vous devez ensuite couper les fils qui dépassent la marge.

Couchez la marge de couture sur un côté tout en repassant. Repliez l’une des parties des tissus vers le même côté de pliage de la marge. Les deux tissus sont maintenant endroit contre endroit. Épinglez-les, puis effectuez une deuxième couture à 1 cm du bord.

Avec la couture anglaise, le bord des tissus est masqué entièrement. Cela permet entre autres de réduire les irritations provoquées par les coutures. C’est pour cette raison qu’elle est très utilisée pour coudre les lingeries, les vêtements de bébé et les tissus transparents.

Opter pour la couture rabattue

Mettez vos deux tissus envers contre envers. Décalez-les de façon à ce que celui du dessus à une marge de 7 mm plus larges que celui du dessus. Épinglez-les, puis cousez en laissant une marge de 1,5 cm du bord du tissu de dessous.

Dépliez les pièces assemblées, endroits couchés sur la table. Rabattez ensuite le bord le plus large pour masquer la plus petite. Cousez ensuite en ligne droite sur la partie repliée, tout en veillant à ce que cette seconde couture soit parallèle à la première. La couture rabattue est fréquemment utilisée pour la confection de pantalon et de tissus d’ameublement.

Ce type de couture est souvent réservé à une machine spécialisée, de type industrielle, mais une bonne expérience avec votre machine à coudre vous permettra de réaliser des points de couture inattendus grâce à divers astuces. N’hésitez pas modifier les paramètres de votre machine à coudre pour obtenir de beaux résultats au niveau de la finition.

Avez-vous des astuces et des techniques de couture à partager avec notre communauté de passionnés de couture? N’hésitez pas à nous en faire part en commentant cet article.

Publié par Laisser un commentaire

Le point sur les points de couture

Vous avez choisi votre modèle de vêtement et acheté vos tissus; vous avez pris les mesures et coupé vos tissus selon le patron de couture; vous êtes à présent prêt(e) à réaliser le vêtement de vos rêves.

Seulement voilà, la machine à coudre que vous venez d’acquérir propose une centaine de points de couture et pas mal de paramètres à régler (c’est peut-être la raison pour laquelle vous avez choisi ce modèle en particulier). Alors, que faire ?

Pour choisir la machine à coudre adaptée à vos besoins, suivez notre guide ici.

Les différents points

Certains patrons de couture contiennent des indications sur les paramètres à choisir sur la machine à coudre, mais d’autres pas. De plus, toutes les machines ne sont pas semblables, et les points de couture peuvent être représentés par des symboles différents d’une machine à l’autre, et/ou avec des noms différents. Prendre cas de la machine à coudre Cécile.

C’est pour ces raisons que nous vous présentons aujourd’hui les points de couture indispensables pour débuter en couture, sans trop insister sur les symboles. Pour découvrir la désignation des points sur votre machine à coudre, nous vous invitons à lire attentivement le manuel de l’utilisateur livré avec votre machine, et n’hésitez surtout pas à demander conseil auprès du fournisseur de machine.

Et comme nos machines à coudre ne sont pas toutes en langue française, nous présenterons également le nom des points de couture en anglais.

Les points de couture de base

  • 1 – Point droit (Straight Stitch): c’est le point de base de la machine à coudre, comme son nom l’indique, il sert à coudre en ligne droite. C’est le point le plus utilisé car il permet de réaliser presque tous les travaux de coutures : assembler du tissu, surpiquer, coudre une fermeture éclair et même faire les ourlets. Il faut toutefois porter une attention particulière sur la longueur des points. Une bonne machine à coudre doit permettre le réglage de la longueur des points de couture, voir notre guide pour choisir votre machine à coudre. En général, la machine est réglée sur une longueur de 2,5 millimètre par défaut, mais nous vous conseillons de choisir des points plus rapprochés pour des tissus légers et fins, et des points plus long pour des tissus épais.
  • 2- Point Zigzag (Zigzag Stitch): comme le point droit, le point zigzag est couramment utilisé car il permet de réaliser plusieurs coutures. Il sert notamment à coudre les tissus élastiques car c’est une couture extensible qui ne se défait pas en s’étirant. Le point zigzag permet également de surfiler et avec le bon réglage de longueur, il permet de créer des coutures décoratives autour d’un appliqué et bouton. Mais qu’est-ce qu’un appliqué au fait ? c’est tout simplement un motif en tissu que l’on coud sur notre création, à titre décoratif ou pour cacher les défauts du tissu.
  • 3- Point droit avec point inverse automatique (Lock-a-Matic Stitch): ce point crée automatiquement un nœud au début et à la fin de la couture pour renforcer celle-ci. Donc, il n’est pas nécessaire de faire un point d’arrêt. Mais qu’est-ce que le point d’arrêt ? Si votre machine à coudre ne possède pas le point inverse automatique, le point d’arrêt (ou point arrière) se fait au début et à la fin de la couture pour éviter que celle-ci se défasse.
  • 4- Le point zigzag multiple ou zigzag multipoints (multiple Zigzag Stitch): c’est le point à utiliser pour finir les bords d’un tissu fin et extensible pour éviter que ce dernier s’enroule sur lui-même. Le point zigzag multiple réalise une couture résistant, qui permet de coudre un élastique sur un tissu fin, à utiliser en lingerie par exemple.
  • 5- Le point de surfil (Overlock Stitch) : si vous n’avez pas de surjeteuse, choisissez ce point pour finir les bords de tissu. Cela évitera que le tissu s’effiloche, et rendrait le vêtement plus résistant en lavage. Attention, le point de surfil nécessite un pied particulier : le pied à surjet, qui peut ne pas être vendu séparément. Vérifiez lors du choix et de l’achat de votre machine à coudre.  
  • 6- Le point invisible ou point caché (Blind Hem Stretch) : c’est le point à utiliser pour réaliser des coutures invisibles sur les ourlets. Il se coud à l’envers et on obtient un meilleur résultat en utilisant un fil de la même couleur ou du même ton que le tissu.
  • 7- Les points de boutonnières (Buttonhole Stitch) :  ce point s’écrit est au pluriel car il existe plusieurs types points de boutonnières sur une machine à coudre. C’est un point très pratique pour la création de vêtement à bouton (ce qui est le cas de la plupart des vêtements d’ailleurs !), pourtant pas toutes les machines à coudre est équipée du point de boutonnières. Encore une fois, nous vous conseillons de bien vous renseigner auprès du vendeur lors du choix et de l’achat de votre machine à coudre.

Mais rassurez-vous, si votre machine est équipée du point de boutonnière, le pied de boutonnière (indispensable) est sûrement livré avec la machine.

Aujourd’hui, la plupart des machines à coudre propose la fonction de boutonnière automatiques ou en 4 étapes qui permet de réaliser des boutonnières à la dimension exacte du bouton., tant que cela ne dépasse pas 28 millimètres.

On peut considérer que les sept points cités précédemment sont les principaux points à maîtriser sur une machine à coudre, mais votre machine offre sûrement plusieurs autres points destinés notamment à la décoration.

Néanmoins, nous allons vous présenter un point supplémentaire qui pourrait vous être utile dans vos travaux de couture.

Un point supplémentaire

  • 8- Le point de bâti: c’est un point de couture provisoire qui sert à marquer ou assembler les tissus en cours de réalisation du vêtement, mais vous devez enlever en fin des travaux. Si le point bâti est souvent réalisé à la main, la machine à coudre vous aiderait à aller plus vite. En effet, le point bâtie est obtenu en utilisant le point droit avec une longueur réglée au maximum et sans point arrière ou point inverse automatique. Cette même technique est utilisée pour froncer le tissu. Il suffit de l’utiliser sur 2 coutures bien parallèles en laissant un long fil au début et à la fin de chaque couture.

Comme mentionnés plus haut, votre machine peut proposer une bonne vingtaine de points de couture, mais nous vous avons présenté les 8 points que nous estimons essentiels pour débuter en couture. Nous vous invitons à les utiliser et à les maîtriser puis de découvrir progressivement les autres points de coutures offerts par votre machine.

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Publié par Laisser un commentaire

Comment choisir la bonne taille de patron de couture

Si vous débutez en couture, laissez-vous guider par des patrons éxistants avant de vous lancer dans la création de votre propre modèle de vêtements. L’expérience acquise dans la reproduction de ces patrons de couture vous permettra de maitriser les différentes technique de couture.

Le patron de couture est un ensemble de schémas et plans qui vous serviront de guides pour découper vos tissus, assembler et coudre le modèle de vêtement que vous aurez choisi auprès de fournisseurs comme Burda, Vogue ou Butterick. Certains fournisseur de patron de couture classent les modèles selon le niveau de difficulté de réalisation.

Choisir le modèle

Une fois votre modèle choisi, il faut choisir la taille qui vous convient. En effet, il est extrêmement frustrant de passer des heures à confectionner un vêtement pour s’apercevoir à la fin que c’est trop petit ou trop grand, car nous n’avons pas choisi la bonne taille de patron.

C’est la raison pour laquelle nous consacrons cet article sur les techniques pour déterminer la bonne taille du patron que vous utiliserez.

Avant tout, il ne faut surtout pas se précipiter en choisissant la taille de la robe que vous avez dernièrement acheté en magasin, car la taille du prêt à porter est souvent différente de la taille des patrons de couture. De plus, dans le commerce, la taille peut varier selon les fabricants de vêtements et la région géographique où est vendu le vêtement.

Alors, comment choisir la bonne taille de patron de couture ? Il faut se baser uniquement sur vos mesures! Pour bien prendre vos mesures, nous vous invitons à lire cet article.

Une fois vos mesures correctement prises, reportez les chiffres dans le tableau ci-après pour découvrir la taille de patron correspondante.

Correspondance mesure/taille

Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous précisons que les détails discutées dans cet article concernent la taille des femmes. Les mesures des hommes, enfants et bébés seront développés dans un prochain article.

Les tableaux de taille sont regroupés en 3 parties selon votre stature:

  • Stature 160, si vous mesurez moins de 164cm.
  • Stature 168, si vous mesurez entre 164cm à 172cm.
  • Stature 176, si vous mesurez plus de 172cm.

La stature 168 regroupe les femmes de taille moyenne, c’est à dire de taille 34 à 64 dont les mesures de bases sont présentées dans le tableau qui suit.

Table de correspondance mesure/taille

TAILLES3436384042444648505254
Tour de poitrine8084889296100104108112116120
Tour de taille62667074788286909498104
Tour de hanche84889296100104108112116120124
Taille moyenne

En général, les mesures du tour de poitrine, du tour de taille ainsi que le tour du bassin permettent de déterminer la taille du patron de couture. Mais dans certains cas, vous aurez peut-être besoin de mesures supplémentaires que l’on appelle les mesures de contrôle.

Les mesures de contrôle pourront vous aider pour déterminer la taille à choisir, mais elle dépendent principalement du type de vêtement à coudre. Evidemment, pour coudre un pantalon ou une jupe, vous aurez plus besoin des mesures du bas du corps, plutôt que ceux du haut.

Pour la stature 160 cm

TAILLES1617181920212223242526
Stature160160160160160160160160160160160
Tour de poitrine768084889296100104108116122
Tour de taille58626670747882869298104
Tour de hanche8286909498102106110116122128
Longueur de manche5757575858595959606060
Tour de cou3334353637383940414243
Longueur côté pantalon97989899100100101101102102102
Longueur taille devant4041424344454647484950
Hauteur de poitrine2324252627282930313233
Tour de bras2526272829303132333435
Les mesures de contrôle pour la stature 160cm

Pour la stature 168 cm

TAILLES3234363840424446485052
Stature168168168168168168168168168168168
Tour de poitrine768084889296100104108116122
Tour de taille58626670747882869298104
Tour de hanche8286909498102106110116122128
Longueur de manche5959596060616161626262
Tour de cou3334353637383940414243
Longueur côté pantalon101102102103104104105105106106106
Longueur taille devant4243444546474849505152
Hauteur de poitrine2425262728293031323334
Tour de bras2526272829303132333435
Les mesures de contrôle pour la stature 168cm

Pour la stature 176 cm

TAILLES646872768084889296100104
Stature176176176176176176176176176176176
Tour de poitrine768084889296100104108116122
Tour de taille58626670747882869298104
Tour de hanche8286909498102106110116122128
Longueur de manche6162626263636363636363
Tour de cou3334353637383940414243
Longueur côté pantalon106109109109109110110110110110110
Longueur taille devant4446474849505152535455
Hauteur de poitrine2626262728293031323334
Tour de bras4126272829303132333435
Les mesures de contrôle pour la stature 176cm

Il se pourrait que vos mesures ne correspondent pas toutes à la même taille. Par exemple, votre tour de poitrine et votre tour de taille correspondent à la taille 38, alors que le tour de votre hanche se retrouve dans la colonne de la taille 40. Alors que faire dans ce cas ?

Il faut considérer les mesures les plus importantes en fonction du type de vêtement à coudre.

  • Pour un haut (blouse, top, chemisier, veste) : considérez les mesures du tour de poitrine ;
  • Pour un bas (pantalon, short, jupe) : considérez le tour du bassin ;
  • Pour une robe : toutes les mesures doivent être considérées, mais utilisez la plus grande valeur.

La meilleure façon de s’assurer que votre vêtement épouse correctement votre morphologie, c’est d’essayer au fur et à mesure que vous avancez dans votre projet.

Précision

En choisissant notre modèle de patron de couture, nous nous attendons à ce que le vêtement cousu ressemble à la photo du modèle. Mais avouons que même en suivant à la lettre les instructions fournies par le vendeur, votre tissu peut tirer ou bailler à certains endroit.

Et cela est tout à fait normal car notre morphologie est unique. Il est donc cruciale de passer à l’étape de l’essayage. Rassurez-vous, même les grands couturiers font pareil et modèlent leur création sur un buste au préalable.

Comment procéder à l’essayage?

Pour cela, assemblez les patrons avec des épingles sur des toiles d’essayage, ou à défaut, utilisez des morceaux de tissus que vous n’utilisez plus, sans tenir compte des finitions ; il s’agit essentiellement de vérifier si la taille vous ira bien.

Si l’ebauche vous va bien, tant mieux! Dans le cas contraire, il faut procéder à une modification et un ajustement du patron de couture pour que l’habit épouse votre forme. En general, les ajustement concerneront les pinces, les coutures d’épaules ou les emmanchures.

Nous consacrerons plus de détails sur l’essayage ainsi que la modification des patrons de couture dans un prochain article.

Si vous utilisez un patron US comme Butterick ou Vogue, sachez que pour une même taille, les Américains ont une plus forte corpulence. La correspondance avec les patrons US sera détaillée prochainement.

En espérant vous avoir aidé pour déterminer la taille du patron de couture, n’hésitez pas à nous laisser vos remarques ou vos questions dans les commentaires.

Publié par Laisser un commentaire

Les techniques pour prendre les bonnes mesures

Pour tous vos travaux de couture, il faut passer par une étape essentielle : la prise de mesure.

Que vous dessinez vos propres patrons ou que vous utilisez un patron de couture acquis ou téléchargé auprès de fournisseurs de modèles de couture comme Burda, la réussite du vêtement que vous confectionnez repose primordialement sur les mensurations que vous utiliserez, car un modèle sophistiqué qui serre trop ou qui baille ne vous servira pas à grand-chose.

D’ailleurs, l’avantage de coudre soi-même ses propres modèles n’est-il pas d’avoir un vêtement sur mesure adapté à notre taille ? Car chaque personne a sa propre morphologie et mensurations, nous verrons ensemble dans cet article les techniques de base pour prendre les bonnes mesures.

Il existe une vingtaine de mesures en tout, parmi lesquels on choisira selon le modèle de vêtement à réaliser car vous l’aurez compris, effectuer un patron de chemisier ne nécessite pas les mêmes mesures qu’un patron de pantalon. D’un modèle de robe à l’autre, le patron change en fonction du modèle et de la taille.

Ce qu’il faut savoir avant de commencer 

Si certaines mesures peuvent se prendre par soi-même devant un miroir et avec un mètre ruban, il est fortement conseillé de solliciter l‘aide d’une autre personne pour s’assurer que le mètre ruban soit bien positionné sur votre corps.

Les mesures se prennent en pieds-nu et en sous-vêtement car les vêtements ajoutent de l’épaisseur et cela fausserait les mesures, mettez-vous droit dans une posture naturelle et détendue. Et s’il vous plait, ne rentrez pas votre ventre et ne forcez pas à sortir votre poitrine !

Le mètre ruban doit être posé bien plat sur votre corps et ne doit être ni trop serré ni trop relâché.

Assurez-vous que le mètre ruban est bien parallèle au sol pour les mesures horizontales et bien perpendiculaire au sol pour les mesures verticales.

Certains fournisseurs de patron de couture comme Burda incluent déjà une marge qui permettra l’aisance de mouvement du modèle.

Maintenant, munie d’un crayon et du papier pour noter, il est temps de découvrir les mesures à prendre.

Les différentes mensurations à relever

Pour prendre les mesures nécessaires, consultez l’image qui suit. Identifiez les numéros des mésures à prendre et vous trouverez les explications par numéros un peu plus bas.

Les mensurations de bases pour réaliser une couture sur mesure
  1. Tour de tête : circonférence de la tête le long des sourcils.
  2. Tour de cou : circonférence du cou, prise à la base.
  3. Largeur d’épaule : longueur d’épaule de la base du cou à l’articulation externe de l’épaule.
  4. Longueur de bras : longueur de l’articulation externe de l’épaule au poignet mesuré le long du côté extérieur. Pour cette mesure, vous pouvez fléchir légèrement la coude ;
  5. Tour de poitrine : tour de poitrine mesuré le long du buste au point le plus large, sur les saillants de la poitrine. Généralement à l’endroit le plus fort de la poitrine ;
  6. Dessous de poitrine : tour de poitrine mesuré sous le buste (pour les dames). Certains ouvrages l’appellent aussi tour de buste ;
  7. Tour de taille : tour de taille naturelle mesurée au point le plus mince. Généralement à 1cm à peu près au-dessus du nombril et en passant au point le plus creux dans le dos ;
  8. Tour de petite hanches : à ne pas confondre avec tour de hanche que l’on verra plus bas. C’est le tour horizontal du corps mesuré le long du haut des os du bassin (crêtes iliaques). Si vous ne pouvez pas utiliser les os comme repère, sachez que les petites hanches se trouvent généralement à mi-hauteur entre la taille et le bassin (les hanches), quelques centimètres en dessous du nombril.
  9. Tour de hanches : tour des hanches mesuré autour du haut des hanches et du fessier au point le plus large.
  10. Tour de cuisse : circonférence de la cuisse mesurée au point le plus large.
  11. Tour de genou : circonférence du genou mesurée au point le plus large, généralement mesurée du milieu de l’os du genou.
  12. Tour de mollet : circonférence du mollet mesurée au point le plus large.
  13. Tour de cheville : circonférence de la cheville mesurée au point le plus large.
  14. Tour de biceps : circonférence du biceps mesurée à point le plus large.
  15. Tour de coude : circonférence du coude mesurée au point le plus large.
  16. Tour de l’avant-bras : la circonférence de l’avant-bras mesurée à point le plus large.
  17. Tour du poignet : la circonférence du poignet mesurée au point le plus mince, généralement en dessous du l’os du poignet.
  18. Longueur poignet-coude : distance du poignet au coude mesurée le long du côté externe.
  19. Longueur genou-cheville : distance à partir du milieu du genou à la cheville.
  20. Longueur de l’entrejambe :  C’est la mesure en partant du haut de l’intérieur de votre cuisse jusqu’au bas des pieds, c’est longueur de pantalon de point interne. Attention, il est important de se tenir bien droit pour
  21. Longueur de la couture extérieure : la longueur entre le ruban de taille et la cheville (ou le sol selon la longueur voulue du pantalon). Ce sera la longueur de pantalon de point externe.
  22. La stature, hauteur totale : c’est la longueur des pieds au sommet du crâne (y compris votre cou et la tête). Pour prendre cette mesure, vous pouvez vous dresser contre un mur pour bien tenir droit ;
  23. Longueur du corps avant : distance de la jonction du cou avec épaule à la taille par le mamelon.
  24. Longueur du dos : distance de la jonction du cou avec l’épaule à la taille par les omoplates.

Puisque les mesures nécessaires diffèrent selon le modèle, voici deux mesures supplémentaires qui sont utiles pour la réalisation d’un patron de pantalon.

  • Hauteur du montant : assise bien droit sur une chaise, c’est la distance entre le ruban de la taille, jusqu’à la taille.
  • Fourche : c’est la mesure en passant le mètre ruban par l’entrejambe, de la taille du devant à la taille du dos.
Prise de mesure

Voilà, en espérant que cet article vous a aidé pour prendre vos mesures ou ceux de votre modèle. Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à nous laisser des messages en commentaires.